La diversification des types de réseaux en 1943-1944 en Bretagne. 

 

 

Dans la dernière année de l'occupation, l'activité des réseaux tend à s'élargir. 

Au renseignement pratiqué depuis 1940, s'ajoute l'aide aux aivateurs alliés tombés en France occupée avec la mise sur pied de filières d'évacuation en liaison avec la France Libre ou avec les Anglais. Parfois aussi, des réseaux travaillent en relation avec les mouvements de la Résistance intérieure. 

Le réseau dont nous parlerons ici concerne celui qui a favorisé l'évasion de deux des membres de l'équipage de "High Ball". 

En Bretagne fonctionne un réseau qui s'appelle VAR et qui dépend du Spécial Opération Executive, le S.O.E Britanique commandé par le colonel Buckmaster. 

En août 1943, le juif autrichien Erwin Deman  alias -Paul- est déposé par un avion anglais près de Tours et en deux mois il met sur pied un réseau à partir de Rennes. Dans un premier temps, aidé d'Aristide Sicot dont les parents hébergent les partants dans leur villa, il met au point une filière par Saint-Cast (côtes du Nord) où une liaison par vedettes de la Rolya Navy est affectée d'octobre à décembre 1943 jusqu'à un accrochage avec la marine allemande. Une nouvelle plage de transit prend le relais à Guimaëc (finistère) où trois liaisons ont lieu de février à avril 1944. Parmi les agents débarqués, un certain Morland alias François Mitterand, rentrant de Londres et hébergé à Morlaix. 

 
 

 

Récits d'évasions et l'implication du réseau VAR