footer

QUE DEVIENNENT LES EPAVES DES AVIONS ?   

Que deviennent les appareils abattus pendant la guerre?.

Une étude de la Société d'histoire de Nanterre nous en dit un peu plus dans son bulletin n° 34 de Juin 2004.

La Folie

du camp d'aviation militaire à l'université Paris X -Nanterre  

1916-1972

Nanterre sous l'occupation allemande

 

 

                             Après la défaite de juin 1940, le camp de La Folie est occupé par l'armée allemande. Les installations du camp ont souffert du bombardement du 3 juin et de la débâcle. Pour pouvoir loger, les nouveaux maîtres des lieux, des bâtiments suppléementaires sont construits. Nanterre La Folie va devenir avec Utrech aux Pays-Bas, un des grands dépôts de carcasses d'avions abattus sur les différents théâtres d'opérations militaires en Europe. Les épaves des bombardiers, chasseurs, anglais ou américains, étaient acheminées à Nanterre par voie ferrée. Après déchargement, elles étaient débarrassées des équipements et instruments de bords, des armements pouvant être récupérés, les métaux lourds étant séparés de l'aluminium.

                         Les différents équipements étaient triés, classés, rangés dans les magasins du camp devenu selon la terminologie allemande le Beutepark Luftwaffe n°5 Nanterre. Ces équipements étaient destinés soit à une utilisation éventuelle sur des avions capturés soit pour être exposés et servir à l'information et à l'instruction des pilotes et soldats dans ce qui voulait être un "musée". C'est ains que Nanterre rassemblait à côté des tas de ferrailles et de tôles destinés à la fonderie, une des plus grandes collections de matériel comprenant plusieurs sections : fuselages, moteurs, armement, canons anti-aériens et des équipements tels que parachutes, canots de sauvetage, radios, instruments divers.d
                                 

                               Cette collection comportait, en dehors des équipements anglais et américains, des avions soviètiques notamment un MIG3 et un Polikarpov 1153 (celui-là même qui est préservé et visible encore aujourd'hui au musée de l'Air et de l'Espace au Bourget).

 

                                    Des panneaux indiquaient les caractéristiques des pièces présentées. Les bombardiers lourds ou ce qui était récupéré, étaient découpés en sections. Le "musée" présentait la plupart des avions utilisés par les alliés, appareils reconstitués ou en éléments séparés. Les pilotes de la Luftwaffe visitant l'exposition pouvaient obtenir les dernières informations sur l'évolution des matériels auxquels ils étaient confrontés dans les combats aériens.
Dans la collection, on trouvait également un avion Beech 18 et un Autogyre La Cierva F.AOHZ capturés pendant la Campagne de France, en juint 1940.
 

 

                                    Les vues extérieures du camp montrent un amoncellement incroyable de tôles et de carcasses d'avions stocké à Nanterre avant récupération et transformation. Les métaux légers, récupérés, aluminium structure en duraluminium étaient dirigés vers la fonderie du camp. Transformés en lingots, ils étaient réexpédiés dans différentes usines en Allemagne pour alimenter la machine de guerre nazie. Les photographies reproduites expliquent comment un bombardier américain transformé en lingots d'aluminium devient un chasseur Messerschmitt 109 G6. 

 

 

 

 


 

 

 

Entrée du camp militaire d'aviation de la Folie

Le fuselage avant d'un Boeing B-17 "ernie" et la mitrailleuse de calibre 50 (12,7mm) qui équipait le compartiment radio. Sur le panneau étaient inscrites les caractéristiques et les performances du B-17.

Boeing B17 F "Fightin Pappy" a été abattu le 9 octobre 1943 dans la région de Kiel. Il appartenant au 379thBG 526 BS. Perdu en mission de bombardement de l'usine Arado de Anklam